Stratégie normalisation et baromètre international 2016

AFNOR Normalisation maintient son influence à l’export et présente ses pistes de travail pour 2018

 

A l’occasion de l’assemblée générale de l’association AFNOR mercredi 22 juin à Paris, le groupe AFNOR a présenté le bilan de l’année 2015 ainsi que deux nouveaux documents : la stratégie française de normalisation pour la période 2016-2018, et le baromètre international de la normalisation, qui confirme le maintien de la France dans le top 5 mondial.

Mercredi 22 juin, l’association AFNOR a tenu son assemblée générale, à Paris, sous la présidence de Claude Satinet et en présence d’Olivier Peyrat, directeur général du groupe AFNOR. Ce rendez-vous coïncidait avec la publication du rapport d’activité de l’association pour l’année 2015, où chacun des quatre métiers (normalisation, édition, formation, certification) présente ses temps forts, tous déclarant comme fait saillant la nouvelle version des normes volontaires ISO 9001 et 14001.

Année-anniversaire (celle des 90 ans d’AFNOR, association née en 1926), l’année 2016 voit s’ouvrir une nouvelle période pour AFNOR, avec la parution de la stratégie française de normalisation 2016-2018. Un document clé qui offre une vision panoramique sur les défis que les acteurs de la normalisation volontaire vont devoir relever, et propose des pistes d’action.

Huit thématiques

Pour élaborer cette stratégie française, le Comité de coordination et de pilotage de la normalisation (CCPN), organe clé de la gouvernance du système français de normalisation, a conduit une réflexion tout au long de l’année 2015, autour de deux grandes idées : la digitalisation de la société et l’économie numérique d’une part, le climat et l’environnement d’autre part. En ressortent huit thématiques transverses :

Pour chaque thématique, la stratégie fixe des objectifs à atteindre. Par exemple, pour l’économie circulaire, elle suggère d’étudier le besoin de normaliser les concepts, la terminologie ou la caractérisation des déchets.

La stratégie française de normalisation vise également à promouvoir les intérêts nationaux en France et à l’international. A ce titre, la France figure dans le top 5 mondial des organismes de normalisation les influents, comme le montre le baromètre international de la normalisation qui vient de paraître.

Influence : la France sur le podium

Le baromètre 2016 présente la répartition des responsabilités par pays et par grands thèmes au niveau européen (CEN – Comité européen de normalisation), international (ISO –Organisation internationale de normalisation), électrotechnique européenne (CENELEC – Comité européen de normalisation électrotechnique) et internationale (IEC – commission électrotechnique internationale) en 2015.

Dans un contexte de concurrence accrue pour figurer « sur le podium » – notamment de la part de l’Asie, Chine et Japon en tête – AFNOR figure toujours dans le top 5 des organismes de normalisation les plus influents, derrière l’Allemagne et les Etats-Unis. En 2015, AFNOR a piloté près de 10 % des comités techniques et des sous-comités à l’international (ISO). Au niveau européen, la France se place en deuxième position des pays contributeurs derrière l’Allemagne, AFNOR pilotant 21 % des comités techniques et 19 % des groupes de travail du CEN.

Du côté des électrotechnologies, à l’IEC, la France se maintient en deuxième position, juste devant les Etats-Unis, avec 14 % des secrétariats de comités techniques et sous-comités. Au total, 13 nouvelles responsabilités ont été obtenues en 2015 pour la France au sein du CEN ou de l’ISO sur des sujets comme les cigarettes électroniques ou la fabrication additive.

> Pour télécharger la stratégie française de normalisation 2016-2018…



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !