Bâtiment : les NF DTU, méconnus mais plébiscités

Bâtiment : les NF DTU, méconnus mais plébiscités

Les professionnels du bâtiment ont leur bible : les NF DTU. Mais comment ces normes sont-elles perçues et utilisées ? Une étude inédite recense l’avis de 1 000 entreprises de travaux et de maîtrise d’œuvre.

Charpente, revêtements, isolation… Dans le bâtiment, les documents techniques unifiés (DTU) précisent les conditions techniques à suivre pour la bonne exécution des ouvrages. Ils revêtent le statut de texte normatif, c’est pourquoi on les appelle aussi NF DTU. Choix des matériaux, conditions de mise en œuvre, éléments à intégrer dans les contrats… ils se présentent comme des modes d’emploi à destination des entreprises et des professionnels du BTP en vue d’améliorer la qualité des ouvrages, de réduire les sinistres et de faciliter les échanges sur les chantiers.

Mais comment ces mêmes professionnels connaissent, perçoivent et utilisent-ils les NF DTU ? Pour la première fois, le BNTEC (bureau de normalisation des techniques et équipements de la construction du bâtiment, par délégation d’AFNOR) a mené l’enquête À l’été 2016, l’IFOP a interrogé, pour son compte, près de  mille entreprises de travaux et de maîtrise d’œuvre, composées de 1 à 49 salariés.

Un avantage concurrentiel

Pour la majorité des interrogés, les NF DTU sont incontournables pour exécuter correctement les contrats, délimiter les responsabilités et  réduire les sinistres.

Très utilisée, ces documents souffrent néanmoins d’une confusion avec la réglementation. Ainsi, 70 % des entreprises de maîtrise d’œuvre et 68 % des entrepreneurs pensent que les NT DTU sont obligatoires. Or, à l’instar des autres normes françaises, européennes et internationales, les NF DTU sont d’application volontaire. Libre aux organisations de s’y référer ou non, même si, au vu des arguments avancés, la première option est préférable !

Co-construisez les NF DTU de demain !

Pour le BNTEC et ses homologues, ces résultats doivent permettre de collaborer plus efficacement avec les acteurs du bâtiment afin d’améliorer la pédagogie autour des normes volontaires et rendre les NF DTU plus efficaces et plus simples encore dans leur écriture à destination des professionnels ».

Or si la plupart des interrogés souhaitent optimiser le contenu des NF DTU, peu savent qu’ils peuvent participer à leur élaboration : 13 % seulement, selon l’enquête.

Entrepreneurs, architectes, bureaux de contrôle, concepteurs, maîtres d’ouvrage… Tous les professionnels du BTP sont invités à rejoindre les commissions de normalisation compétentes sur leurs sujets. L’expertise de tous est essentielle pour définir des règles de l’art et partager des pratiques éprouvées.

Découvrir les résultats de l’enquête…

En savoir plus sur le BNTEC…

En savoir plus sur les travaux de normalisation volontaire en construction et urbanisme…

© Shutterstock/TFoxFoto

NF DTU : pratiques et perceptions

  • 88 % de la maîtrise d’œuvre et 74 % des entrepreneurs connaissent et utilisent les NF DTU ;
  • 85 % de la maîtrise d’œuvre et 83 % des entrepreneurs pensent que les NF DTU sont un outil pour maîtriser les contrats et définir les responsabilités de chacun ;
  • 73 % de la maîtrise d’œuvre et 64 % des entrepreneurs utilisent les NF DTU en cas de litige avec une tierce personne ;
  • 86 % de la maîtrise d’œuvre et 76 % des entrepreneurs estiment que les NF DTU sont un moyen de réduire les sinistres ;
  • 70 % de la maîtrise d’œuvre et 68 % des entrepreneurs pensent que les NF DTU sont obligatoires ;
  • 13 % de la maîtrise d’œuvre et 18 % des entrepreneurs seulement savent qu’ils peuvent améliorer le contenu des NF DTU.


Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !