Bien-être animal : une spécification technique qui tombe à point nommé

Bien-être animal - AFNOR Normalisation

Bien-être animal : une spécification technique qui tombe à point nommé

Fin 2016, la collaboration entre l’Organisation internationale de normalisation (ISO) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) a abouti à la publication d’une spécification technique sur le bien-être animal. Une collaboration inédite.

Fruit de la collaboration entre l’Organisation internationale de normalisation (ISO) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) une nouvelle norme internationale « ISO/TS 34700:2016 » accompagne depuis peu les professionnels de la chaîne d’approvisionnement alimentaire désireux de mieux gérer le bien-être animal. Un document qui tombe à point nommé, au lendemain des scandales de maltraitance qui ont émaillé l’actualité française, notamment dans l’élevage intensif.

« Cette spécification technique est destinée à soutenir la mise en œuvre de pratiques adéquates pour tenir compte du bien-être animal dans les systèmes de production animale, déclare l’ISO. Elle offrira aux exploitants de la chaîne alimentaire un moyen de démontrer leur engagement à prendre en compte le bien-être des animaux. »

Quels sont les stades de vie des animaux de l’établissement ? Quels sont les objectifs de l’organisation en termes de bien-être animal ? Il y a-t-il des actions mises en place pour répondre aux principes directeurs de l’OIE (absence de faim, de peur, de stress physique…) ? A travers ces questions, la spécification accompagne pas à pas l’organisation dans la mise en place d’un management du bien-être animal.

Une collaboration ISO/OIE impulsée par la France

La spécification ISO/TS 34700:2016 délivre des exigences générales et des orientations conformes au Code sanitaire pour les animaux terrestres de l’OIE. Elle est le fruit d’un consensus à grande échelle entre des experts internationaux réunis au sein d’un comité technique de l’ISO, l’ISO/TC 34 présidé par AFNOR au nom de la France, mais également entre l’ISO et l’OIE. Une première mondiale.

En effet, l’OIE, qui habituellement élabore des protocoles scientifiques appliquée à la santé animale, a souhaité associer son expertise technique à celle de la normalisation volontaire, basée sur le consensus entre professionnels. Un pari réussi, qui a été salué lors de la quatrième conférence mondiale de l’OIE sur le bien-être animal, organisée du 6 au 8 décembre 2016 à Guadalajara au Mexique.

Devant près de 450 participants, Sandrine Espeillac, cheffe de projet AFNOR Normalisation et porte-parole de l’ISO/TC 34, est intervenue sur ce partenariat inédit. « Tout a commencé en 2011, raconte-t-elle. Pour les acteurs français de l’ISO/TC 34, il était essentiel que l’ISO et l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) puissent collaborer : un accord de coopération a donc été signé entre les deux organisations. Cet accord a ensuite abouti à la création d’un groupe de travail ISO sur le bien-être animal, avec le soutien de l’OIE, expert sur ce sujet depuis plus de quinze ans ».

Aujourd’hui, cette collaboration réussie devrait encourager la signature d’autres partenariats avec des organisations intergouvernementales clés et valoriser les travaux de normalisation volontaire à travers le monde.

Commandez la norme internationale
> « Gestion du bien-être animal – Exigences générales et orientations pour les organisations des filières alimentaires » 
(en anglais)

> En savoir plus sur l’OIE…

 

©Shutterstock/Te Berrie



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !