Efficacité énergétique et sources d’énergie renouvelable : un lot de concepts est désormais défini au niveau mondial

Qu’est-ce que qu’une situation énergétique de référence ? Que recouvre l’énergie solaire thermique ? AFNOR publie deux nouvelles normes d’application volontaire, élaborées au niveau mondial par des experts en quête de définitions partagées, pour contribuer efficacement aux défis de l’énergie.

Difficile de travailler ensemble si on ne se comprend pas. C’est sur la base de ce simple constat que des experts de 20 pays se sont réunis dans un comité technique international piloté par la France, via AFNOR. Pendant 3 ans, ils se sont patiemment accordés sur près de 50 concepts techniques dans le domaine de l’efficacité énergétique (NF ISO/CEI 13273-1) et des sources d’énergie renouvelable (NF ISO/CEI 13273-2). Efficacité énergétique, consommation énergétique, performance énergétique, situation énergétique de référence, mesurage énergétique, consommation finale, biocombustibles, source d’énergie renouvelable, source d’énergie intermittente, solaire, éolienne ou géothermique… Autant de termes ou de concepts qui méritaient des discussions et de s’accorder, pour être référencés dans des normes volontaires désormais à la disposition de toutes les entreprises, de toutes les organisations à travers le monde. Ces documents seront précieux pour définir des clauses de cahiers des charges, d’appels d’offres, faciliter la rédaction de contrats, mieux comprendre les offres de services de professionnels d’efficacité énergétique et fixer des objectifs concernant les énergies renouvelables.

Des définitions en plus ?

Les informations à disposition sur Internet ne suffisaient donc pas ? Assurément non. « Dans un marché de l’efficacité énergétique en pleine croissance, de nouveaux termes apparaissent mais sont utilisés dans des sens différents d’un pays à l’autre. Les échanges sont compliqués. Désormais, grâce à l’implication de nombre d’experts, ces deux normes volontaires seront utiles à toutes celles et ceux qui souhaitent s’accorder et ainsi éviter des usages inappropriés, ou inadéquats » résume Sylvie Fernandez, chef de projet en normalisation AFNOR et secrétaire du comité technique ISO. La normalisation volontaire, d’autant plus lorsqu’elle est internationale, prolonge les initiatives individuelles. Les normes NF ISO/CEI 13273-1 et NF ISO/CEI 13273-2 proposent ainsi les définitions les plus légitimes, dépassant celles existantes. Pourquoi ? Simplement parce qu’elles ont été construites collectivement selon un processus contrôlé, reconnu d’intérêt général et émanant d’un consensus. Les définitions proposées sont en phase avec la réglementation, notamment du fait de l’implication de la Direction générale de l’énergie et du climat et de l’ADEME. Ces deux normes pourront évoluer, avec les pratiques des professionnels impliqués en normalisation. Prouvant, une fois encore, que normaliser revient simplement à partager et encourager les initiatives, et non à limiter des pratiques.

Crédit photo @Shutterstock/Leszek Glasner 



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !