Glissement de terrain : bientôt une norme à la rescousse

Eboulement, séisme, effondrement de falaises… Comment anticiper ces catastrophes naturelles ? L’Organisation internationale de normalisation (ISO) annonce le lancement des premiers travaux de normalisation volontaire sur les systèmes d’alerte précoce des glissements de terrain. La future norme dotera les collectivités et les populations de recommandations adaptées pour agir vite et bien.

Cet été, le monde entier a été confronté à des catastrophes naturelles d’une rare intensité. Rien qu’en France, en l’occurrence en Normandie, des pans de falaises se sont effondrés, tandis que l’Italie connaissait un séisme de magnitude 6,2 dans les régions des Marches et du Latium. Dans le sud-ouest de l’Alaska, un gigantesque glissement de terrain s’est produit au sein du parc national de Glacier Bay.

Face à la multiplication des glissements de terrain et de leurs conséquences (tsunamis, séismes…), la Suède a proposé à l’Organisation internationale de normalisation (ISO) d’élaborer une norme volontaire internationale pour mettre en place un système d’alerte précoce.  

L’initiative s’inscrit dans un cadre international d’action pour la gestion des risques de catastrophe, dit « Cadre de Sendai* » et approuvé par l’Assemblée générale de l’ONU en 2015.

Cette future norme proposera une série de recommandations sur l’évaluation des risques, les équipes d’intervention, les voies et cartes d’évacuation ainsi que sur les modes opératoires.

Ce nouvel outil pratique incitera les collectivités à « se mobiliser pour jouer un rôle beaucoup plus actif dans leur propre protection » selon l’ISO. Il s’adressera aux sapeurs-pompiers, aux services de secours et aux experts des glissements de terrain de tous pays.

En France, la commission de normalisation AFNOR « Sécurité et résilience » se prépare à prendre part à ces réflexions mondiales et lance un appel à experts pour enrichir son tour de table.

Vous êtes sapeur-pompier, géologue, membre d’un service de secours, d’une direction départementale, d’une collectivité territoriale ?… Rejoignez la commission AFNOR chargée du suivi des travaux au niveau national. L’expertise de tous est essentielle pour faire avancer le projet de norme et défendre les positions de la France.

Avertir et intervenir de la même façon

La Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) s’est déjà dite prête à s’engager dans les travaux internationaux. « Disposer de recommandations communes va permettre à tous les acteurs susceptibles d’intervenir pendant un glissement de terrain de mieux échanger  et de travailler en toute cohérence. C’est crucial pour agir vite et bien », explique le colonel Philippe Pathoux, directeur départemental des services incendie et de secours de l’Ain et animateur de la commission FNSPF « secours en montagne et milieux périlleux ».

Et c’est encore plus important quand le glissement de terrain a lieu à deux pas d’une frontière ou touche deux pays limitrophes. «  Au quotidien, nous sommes toujours prêts pour intervenir au-delà du territoire français. Nos équipes viennent régulièrement apporter des renforts à nos voisins italiens ou suisses. Mais sur le terrain, nos méthodes ne sont pas toujours les mêmes et nous pouvons nous gêner mutuellement. L’arrivée d’un cadre commun va changer positivement les choses », se félicite et conclut le colonel Philippe Pathoux.

> En savoir plus sur le cadre de Sendai…

> Rejoindre la commission AFNOR « Sécurité et résilience »…



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !