Performance énergétique : premiers coups de crayon pour réviser la norme ISO 50001

Performance énergétique : premiers coups de crayon pour réviser la norme ISO 50001

Publiée en 2011, la norme volontaire internationale ISO 50001 donnant des lignes directrices pour cadrer son système de management de l’énergie entre en révision. Une rencontre entre experts organisée le 24 janvier a levé le voile sur les premières pistes d’évolution.

Publiée en 2011, la norme volontaire ISO 50001 fête ses six années d’existence. De nombreux organismes s’en réclament partout dans le monde pour cadrer leur système de management de l’énergie, dans le but ultime de réduire leur consommation et leur facture. C’est aussi un outil s’inscrivant dans le cadre de l’objectif de la Commission européenne consistant à améliorer l’efficacité énergétique de 20 % d’ici à 2020, par rapport à 2007, cible qui pourrait bien être portée à 30 % pour 2030 et revêtir le statut d’objectif contraignant.

Aujourd’hui, l’ISO 50001 s’apprête à connaître une nouvelle aventure. En effet, depuis quelques mois, des experts d’une trentaine de pays planchent sur la révision du texte, sous l’égide de l’ISO et de son comité technique 301, relayé en France par la commission de normalisation AFNOR sur le management de l’énergie, dotée d’un groupe de travail dédié. « Le CD 2 (committee draft n° 2, deuxième version du projet) a donné lieu à 900 commentaires. En ressortira un CD 3 qui circulera de février à avril et que nous examinerons dans notre commission française », expliquait Sylvie Fernandez, cheffe de projet AFNOR Normalisation, lors d’une rencontre sur le sujet, réservée aux adhérents d’AFNOR, le 24 janvier à Paris. Une rencontre organisée entre deux réunions du TC 301 de l’ISO, la France s’étant proposée pour accueillir les experts internationaux cette semaine-là.

Structure HLS

Rappelons que la révision (à intervalles quinquennaux) fait partie du cycle de vie de toutes les normes volontaires, pour qu’elles reflètent les dernières évolutions du secteur, qu’elles s’améliorent à la lumière des retours d’expérience, qu’elles collent à la réalité des organisations, et qu’elles soient faciles à appliquer. En ce sens, il est fondamental que les utilisateurs de la norme que vous êtes participent aux commissions de normalisation, durant lesquelles le texte est rédigé, sur le mode du consensus. « Je suis moi-même un industriel utilisateur de normes volontaires, j’ai besoin de textes simples à mettre en œuvre. Et pour cela, votre expérience de terrain est indispensable », soutient d’ailleurs Jean-Jacques Marchais, qui officie chez Schneider Electric et préside le comité stratégique sur l’utilisation rationnelle de l’énergie (instance AFNOR dont dépend la commission de normalisation susnommée).

Dans le cas de l’ISO 50001, plusieurs nouveautés sont au menu. La première consiste à lui faire prendre le pli de la structure HLS. La structure HLS (pour « High Level Structure » en anglais) désigne l’architecture vers laquelle la norme doit évoluer, décomposée en chapitres et sous-chapitres, agrémentés de concepts-clés. Ces concepts et cette architecture sont communs aux autres normes génériques de systèmes de management que sont par exemple les normes ISO 9001 et 14001 dans leur version 2015. Si bien qu’en plus d’instaurer un langage commun, d’un secteur et d’un organisme à l’autre, les normes elles-mêmes parlent le même langage entre elles ! De quoi faciliter la vie des entreprises : à structures normatives communes, management commun. Qualité, environnement, énergie… Avec la structure HLS, l’utilisateur de normes peut aisément évoluer vers un système de management intégré. Au passage, l’énergie devient une composante-clé de la stratégie d’entreprise.

Accent sur l’amélioration continue

D’autres orientations nouvelles se dessinent, comme l’accent mis sur une amélioration « continue » de la performance énergétique. Une notion déjà présente dans le texte d’origine, mais que le projet de révision renforce, en exigeant de démontrer l’amélioration continue par des actions de suivi et de mesure, en bonne et due forme, accompagnées de variables pertinentes pour permettre des comparaisons. Dans le même esprit, le déploiement d’un plan de mesurage, l’une des exigences phares de la norme dans sa version de 2011, est demandé dès la phase de planification, et non plus seulement au chapitre vérification. « Globalement, on s’oriente vers davantage de méthode dans la mesure et la démonstration de l’amélioration », résume Sylvie Fernandez.

Vous avez d’autres suggestions et demandez voix au chapitre ? Rejoignez notre commission de normalisation ! La publication de l’ISO 50001 révisée est annoncée pour 2019.

> Rejoindre la commission de normalisation AFNOR/GE 4 ISO 50001 « Système de Management de l’Energie »… 

© photo : Shutterstock



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !