Prévention des TMS : AFNOR publie la première norme volontaire sur l’ergonomie des cabines de tri

La norme volontaire NF X35-702 propose aux exploitants et concepteurs de cabines de tri de déchets ménagers des recommandations ergonomiques, pour réduire les troubles musculo-squelettiques (TMS) des salariés dont le métier implique des tâches répétitives.

En France, près de 7 000 salariés travaillent dans les centres de tri et traitent 3 millions de tonnes de déchets par année. Le métier d’agent de tri figure ainsi parmi ceux à plus fort risque de TMS. Comment réduire ces risques ? Comment limiter les impacts sur la santé mais aussi améliorer la sécurité des agents de tri ? Pour atteindre cet objectif, plus de 40 organisations* ont défini ensemble des principes ergonomiques essentiels à prendre en compte lors de la conception des cabines de tri de déchets.  La norme volontaire NF X35-702 est l’aboutissement de trois ans de travaux menés au sein de la commission AFNOR, présidée par Eco-Emballages.

« Elle fournit un véritable mode opératoire pour les concepteurs, fabricants, exploitants souligne Florence Saillet, secrétaire de la commission AFNOR « Ergonomie – Conception des cabines des centres de tri de déchets ménagers. Ces derniers pouvaient jusqu’alors être confrontés à des consignes de conception hétérogènes. Désormais, ils disposent d’un référentiel normatif qui définit les bonnes pratiques du métier et donne des recommandations ergonomiques validées. C’est une première à l’échelle nationale mais aussi européenne et internationale ».

PREVENIR ET LIMITER LES RISQUES

Lancer, pousser, déplacer… l’agent de tri réalise de nombreuses actions manuelles et répétées. « Pour prévenir les TMS, la norme introduit une appréciation du risque. Elle fixe ainsi une fréquence seuil maximale de 40 actions techniques par minute et par membre supérieur. Si ce nombre d’actions est dépassé, le concepteur doit alors identifier plus en détails les risques liés à l’activité de l’agent de tri » précise Florence Saillet.

Cabines de tri
Zone d’évolution des membres supérieurs pour un agent de tri. La zone rouge étant la zone dans laquelle le risque est critique.

De la structure de la cabine aux matériels utilisés, en passant par l’environnement de travail (air, chaleur, vibrations…), l’espace et le poste de travail liés à l’activité de séparation effectuée sur des tapis en cabine de tri… les recommandations formulées visent directement à améliorer la santé et la sécurité du travailleur. « Par exemple, la norme préconise la position de travail assis/debout. Une action simple qui favorise le changement de position et permet de mieux récupérer lors d’une activité répétitive. Elle définit aussi les zones d’évolution des membres supérieurs de l’agent de tri à niveau de risques croissants »  souligne Florence Saillet.

Outil clé pour identifier les principaux facteurs de risques de l’activité d’agent de tri, la norme volontaire contribue à réduire les coûts de la sinistralité causés par les troubles musculo-squelettiques et à contribuer au développement et à la pérennisation de l’activité de recyclage des déchets.

*Les professionnels qui ont rédigé collectivement la norme volontaire sous l’égide d’AFNOR : ADEME ; ARVAL ; ATELIERS FOUESNANTAIS ; CABINET D’ETUDES MARC MERLIN ; CARSAT DE NORMANDIE ; CARSAT MIDI PYRENEES ;  COMMUNAUTE D’AGGLOMERATION DE MONTPELLIER ;  COPTAE ;  COVED SA ; CNRS UMR 5044 – CERTOP; DGT -DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL ; DRIMM SAS ; ECO EMBALLAGES ; EDDERIS ; ERGONEA ; ERGORYTHME ; EURECKA ; FNADE – FED NAT ACTIVITES DECHET ENVIRONNEMENT ; GIRUS ; IKOS ENVIRONNEMENT ; INDDIGO ; INRS ; IRIS ; NEOS ; PAPREC France ; SETEC ENVIRONNEMENT ; SITA FRANCE ; SITA ILE DE FRANCE ; SMD3 – SYND. DEPARTEMENTAL DECHETS DORDOGNE ; SMEDAR ; SM ETUDES TRIVALIS ; SOGEFA ; SYCTOM ; SYMEVAD; TIRU SA ; TRIDENT SERVICE ; TRIPAPYRUS ; V2R INGENIERIE ; VAL VERT TRI ; VEOLIA ENVIRONNEMENT ; VEOLIA PROPRETE ; VEOLIA PROPRETE ILE DE FRANCE SAS



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !