Tables à repasser : bientôt une norme à marquer au fer rouge

Doigts coincés, table instable… Repasser des vêtements s’avère une activité plus risquée qu’il n’y paraît ! Pour limiter les accidents, des fabricants français viennent de finaliser le premier projet de norme volontaire au monde. Commentez gratuitement ce projet jusqu’au 29 avril.

Cette table à repasser pourra-t-elle supporter le poids d’une centrale vapeur ? Dispose-t-elle d’un système d’ouverture et de fermeture à verrouillage ? Pour éviter tout accident domestique, la sécurité des tables à repasser doit être examinée… sous toutes les coutures. Or jusqu’à présent, aucun document de référence n’existait, aussi bien pour délivrer des exigences de sécurité que pour harmoniser les méthodes d’essais des fabricants et distributeurs.

Pour pallier ce manque, des professionnels réunis au sein de la commission de normalisation « Tables à repasser » du BNBA (Bureau de normalisation du bois et de l’ameublement) viennent de finaliser le premier projet de norme volontaire sur les tables à repasser.

Un projet de norme disponible à l’enquête publique et proposé gratuitement aux commentaires de tous, jusqu’au 29 avril.

STOP AUX BLESSURES ET ACCIDENTS

Les exigences traitées dans ce projet couvrent l’ensemble des caractéristiques d’une table à repasser : du système d’ouverture et de fermeture de la table à la stabilité de celle-ci, en passant par la résistance aux charges déposées et aux informations utiles à l’achat (notamment pour savoir si le produit est adapté à une utilisation avec une centrale vapeur ou un simple fer).

Un seul objectif, non des moindres : prévenir les blessures graves pouvant résulter d’un mauvais usage des tables, mais aussi de l’utilisation normale d’une table mal conçue.

Parmi les accidents, un reste en mémoire : en 2012, une enfant de deux ans s’est sectionné une phalange avec le mécanisme de fermeture d’une table à repasser. Sur la période 2004-2010, on a recensé 77 accidents mettant en cause des tables à repasser et ayant entraîné un passage à l’hôpital. Dans 35 % des cas, ils concernaient des enfants de moins de 5 ans*. Pour la Commission de sécurité des consommateurs (CSC), il fallait faire quelque chose, et vite !

Après une campagne d’essais effectuée sur 17 tables à repasser, la CSC a recommandé d’engager des travaux de normalisation. Les travaux ont été confiés au BNBA et la première commission de normalisation sur les tables à repasser a vu le jour en 2014. Les réunions menées depuis mettent autour de la table des parties prenantes telles que des fabricants français mais aussi européens, des distributeurs, des laboratoires d’essais, des représentants des pouvoirs publics, la Commission de sécurité des consommateurs…

BIENTÔT DES TRAVAUX EUROPEENS

Vous avez des remarques à formuler sur le projet de texte ? C’est le moment ou jamais : l’enquête publique est ouverte jusqu’au 29 avril. Vous pourrez ainsi découvrir le projet de norme dans son intégralité, en ligne, gratuitement, et y apporter vos commentaires pour l’améliorer. Ceux-ci seront ensuite étudiés par la commission de normalisation du BNBA en vue d’une publication en 2017.

L’aventure ne fait que commencer pour ce premier projet de norme au monde : les fabricants impliqués dans les travaux souhaitent d’ores et déjà qu’il soit porté au niveau européen.

*Source : « Accidents survenus lors de l’utilisation de tables à repasser, Enquête permanente sur les accidents de la vie courante (Epac) – 2004-2010 », publication de janvier 2012.

> Donnez votre avis sur le projet de norme D80-010 « Tables à repasser à usage domestique – Exigences générales de sécurité et méthode d’essais »….

> En savoir plus sur la commission de normalisation « Tables à repasser » BNBA/AF 87…

 

Photo : ©Blinka / Shutterstock



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !