Une norme volontaire pour capitaliser sur les Chartes de culture des céréales : témoignage d’ARVALIS Institut du végétal

ARVALIS – Institut du végétal, Intercéréales et FranceAgriMer sont engagés dans une commission AFNOR, ouverte à toutes les parties, pour convertir en une norme volontaire les Chartes de production céréalière. Interview de la présidente de la commission Stéphanie Weber.

La nouvelle norme volontaire que vous préparez est présentée comme l’évolution améliorée des Chartes de production céréalière. Quelle est l’utilité de ces Chartes ?

Stéphanie Weber : « Pour répondre aux inquiétudes légitimes des consommateurs, mais aussi des industriels de la transformation, nous avons vu se multiplier les cahiers des charges. Il s’agissait alors de définir des objectifs de qualité sanitaire à respecter et de favoriser la mise en place d’une traçabilité. Pour, en quelque sorte, organiser ces cahiers des charges, les agriculteurs ont demandé à ARVALIS – Institut du végétal de travailler sur une démarche capable de fédérer les attentes des consommateurs et des industriels. Dès cette époque, nous avons travaillé en association avec FranceAgriMer et Intercéréales, sans oublier l’IRTAC (Institut de Recherche Technologique Agro-alimentaire des Céréales). À ce moment-là, nous sommes à l’aube des années 2000. En plus de définir des objectifs de qualité sanitaire, mais aussi technologiques, de traçabilité et de transparence, nous avons défini les moyens pour améliorer la compétitivité des exploitations et des filières, tout en nous attelant aux questions d’environnement et de développement durable. C’est ainsi que sont apparues les Chartes de production. »

Pourquoi initier une démarche de normalisation ?

SW : « En 2011, nous avons réalisé une grande enquête et constaté qu’il fallait pérenniser la démarche des Chartes et la repositionner en tant que référence qualité du paysage français des céréales à paille et maïs. Avec l’IRTAC à la maîtrise d’œuvre, FranceAgriMer, Intercéréales et nous-mêmes, nous prenons langue avec AFNOR pour demander si une opportunité existait de transformer les Chartes de production en norme française d’application volontaire. Quel bénéfice sur le plan marketing ? Est-ce que la référence qualité des Chartes serait confirmée par la future norme ? Est-ce que cette norme mettrait un terme à la surenchère des cahiers des charges qui ne cessaient de se multiplier ? Bref, est-ce que nous pouvions homogénéiser et améliorer un ensemble existant ? À toutes ces questions, AFNOR a su répondre par l’affirmative en disant pourquoi. Ainsi, le 27 octobre 2014 la commission de normalisation s’est mise en place et j’en ai pris la présidence à la demande des membres de la commission. »



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !