ÉCONOMIE CIRCULAIRE

Description de la thématique et de ses enjeux :

Les contraintes extérieures (dérèglement du climat, croissance de la population mondiale, accès aux matières premières, à l’eau, à l’énergie), nous obligent à revoir nos modèles de croissance.

Il s’agit de découpler la croissance économique de l’utilisation des ressources naturelles par la création de produits, services, modèles d’affaire et politiques publiques innovants afin de déployer, une nouvelle économie, circulaire, et non plus linéaire, fondée sur le principe de « refermer le cycle de vie » des produits, des services, des déchets, des matériaux, de l’eau et de l’énergie.

L’économie circulaire propose de revoir les flux des matières et des produits, en lien avec les acteurs du territoire.

Pour les matières, il s’agit de lutter contre le gaspillage, en particulier le gaspillage alimentaire, favoriser le réemploi, le recyclage. Pour les produits ou services, il s’agit de faire de l’écoconception, d’allonger la durée de vie, de favoriser la réparation, la réutilisation, le recyclage et le partage tout le long du cycle de vie. Cela représente, bien entendu, des gains de compétitivité importants pour les industries.

 

Éléments de stratégie des parties prenantes françaises :

En France, la loi sur la transition énergétique et le plan déchets à horizon 2025 amorcent un virage pour un développement de l’économie circulaire à tous les niveaux.

Ces objectifs s’intègrent dans une politique plus générale sur la gestion efficace des ressources.

La Commission européenne a remis le sujet au premier plan, ce qui confirme la nécessité de promou­voir le rôle de l’outil normatif en soutien à la mise en œuvre de l’économie circulaire.

Des réflexions doivent notamment être menées sur la complémentarité normalisation volontaire/réglemen­tation, en particulier dans le domaine des déchets, des projets de recherche Horizon 2020 et des besoins de partage des concepts. L’affichage environnemental, la réutilisation des eaux usées, l’analyse du cycle de vie et le développement de l’économie de la fonctionnalité constituent par ailleurs des priorités.

 

Objectifs à atteindre et analyse des objectifs d’influence :

Il convient de mener les réflexions dans une perspective européenne, voire internationale : étudier le besoin de normalisation des concepts, de la terminologie, des mesures d’efficacité, de la caracté­risation des déchets, de la durée de vie ou encore de la réutilisation.

La mobilisation de toutes les parties intéressées pour une participation à ces réflexions et leur asso­ciation aux travaux constituent un enjeu fort.

Les objectifs sur la période sont d’être leader dans l’émergence du sujet aux niveaux européen et international et de répondre aux besoins du Comité stratégique de filière des éco-industries (CSF).

> En savoir plus 

Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !