Transition énergetique

Description de la thématique et de ses enjeux :

 

L’énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, faire fonctionner nos équi­pements, faire rouler nos voitures, fabriquer les produits que nous consommons… Des engagements européens et nationaux ont été pris en faveur de la réduction de la consom­mation énergétique et des émissions de gaz à effet de serre.

 

La transition énergétique c’est :

  • consommer mieux en économisant l’énergie (moins de carburants fos­siles, des transports vertueux, plus de confort thermique, plus d’efficacité dans l’industrie) ;
  • produire autrement en préservant l’environnement (plus de ressources locales, des énergies renouvelables, moins de déchets) ;
  • faire progresser la société grâce à des projets mobilisateurs (projets coo­pératifs de production d’énergie, ser­vices innovants) ;
  • créer des emplois dans de nouveaux métiers d’avenir et dans le bâtiment ;
  • qualifier les interfaces des produits de base pour permettre un assem­blage performant.

 

Éléments de stratégie des parties prenantes françaises :

Les travaux doivent notamment se concentrer sur une approche quanti­tative de l’efficacité énergétique afin d’évaluer les potentiels et les solu­tions d’économies d’énergie. Cela doit permettre de contribuer au déve­loppement de la performance énergé­tique globale en prenant en compte les travaux normatifs des secteurs : management de l’énergie, perfor­mance énergétique des bâtiments, efficacité énergétique des systèmes industriels, transports, procédés industriels, stockage énergétique, gestion intelligente, etc.

Les réseaux électriques, notamment, doivent être pilotés avec une plus grande flexibilité et une optimisation de l’ensemble des mailles du réseau qui va des producteurs aux consom­mateurs.

Il faut par ailleurs se concentrer sur les travaux liés à l’augmentation de la part des énergies renouvelables.

 

 

Objectifs à atteindre et analyse des objectifs d’influence :

L’objectif est de porter les positions françaises et de veiller à la cohé­rence des programmes straté­giques au sein des enceintes euro­péennes de normalisation qui sont un espace stratégique de concerta­tion pour échanger et donner une impulsion aux travaux normatifs. Il faut assurer une présence française dans les instances stratégiques euro­péennes, poursuivre et soutenir une réflexion commune à l’échelle euro­péenne au travers de groupes de tra­vail thématiques dédiés et enfin, déve­lopper le réseau d’experts européens en communiquant sur le programme de normalisation volontaire européen et sur les actions du forum sectoriel « Management de l’énergie ».

 

> En savoir plus

Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !