MAJ le 29 janvier 2019 – Covid-19 : un document de référence pour fabriquer des masques barrières

MAJ le 29 janvier 2019 – Covid-19 : un document de référence pour fabriquer des masques barrières

Le 27 mars 2020, AFNOR propose un référentiel à télécharger gratuitement pour la fabrication d’un nouveau modèle de masque, dit « masque barrière », en complément des indispensables gestes barrières face à la pandémie causée par le coronavirus. Les industriels peuvent s’en emparer pour fabriquer des modèles de catégorie UNS1, plus protectrice.

Printemps 2020, pandémie de Covid-A9 : la pénurie de masques chirurgicaux et FFP2 incite entreprises, artisans et même particuliers à confectionner en urgence des masques de protection, à grands renforts de tutoriels et de patrons de couture. Devant ce florilège de conseils et de modèles aux qualités hétérogènes et parfois douteuses, AFNOR a mis à disposition un document de référence proposant des exigences à satisfaire pour fabriquer ces masques. C’est le document AFNOR Spec – Masques barrières, accessible gratuitement dans sa version 1.0 (en français et en anglais), fruit d’une expertise collective de premier plan menée en cinq jours.

AFNOR Spec –Masques barrières : des performances similaires aux masques chirurgicaux

Répondant à des critères validés par près de 150 experts, les masques barrières se veulent apporter une protection supplémentaire à toute personne saine, en complément des gestes barrières et des prises de distance d’un individu à l’autre. Tout comme le font les masques chirurgicaux et FFP2, qui doivent être en priorité utilisés par le personnel de santé et les populations exposées.

En dissuadant d’utiliser les modèles faits maison, lesquels ne peuvent revendiquer une catégorie de protection élevée faute de tests, la nouvelle doctrine sur le port du masque, matérialisée dans un décret du 27 janvier 2021, ne disqualifie pas le document. En effet, AFNOR Spec – Masques barrières fait référence à une base de données matériaux qui propose des combinaisons de tissus permettant d’atteindre le niveau 1 de filtration des particules de 3 microns, c’est-à-dire 90 %, seuil minimal requis par le décret. A condition que les modèles qui s’en inspirent soient de fabrication industrielle, puisque seuls les industriels peuvent prouver, à l’aide de tests et d’une indication sur l’emballage, qu’ils atteignent ce niveau. Même en toute bonne volonté et avec les meilleurs matériaux, les fabrications maison ne peuvent le garantir, faute de test et de marquage.

Le seuil de 90 % de filtration est désormais un minimum requis pour qu’un masque grand public puisse revendiquer répondre aux prescriptions des autorités sanitaires. Qu’ils soient de fabrication industrielle ou faits main, les masques conçus pour des niveaux de filtration inférieurs (70 %, catégorie 2) ne peuvent désormais, en vertu du décret, revendiquer satisfaire à ces prescriptions.

Pour les industriels fabricants, de nombreux schémas restent proposés dans le document, ainsi que des patrons prêts à l’emploi.

Des masques barrières en complément des gestes barrières

« Ce masque n’exonère à aucun moment des gestes barrières. C’est une protection supplémentaire pour les personnes saines lorsqu’elles se déplacent ou travaillent », résume Rim Chaouy, responsable de pôle santé et sécurité au travail d’AFNOR et pilote du projet. Le document AFNOR Spec – Masques barrières propose aussi des recommandations d’usage, pour des personnes non habituées à porter un masque.

> Télécharger AFNOR Spec – Masques barrières



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez le baromètre!