Intelligence artificielle : l’apport précieux des normes volontaires

Intelligence artificielle et l'apport précieux des normes volontaires

Intelligence artificielle : l’apport précieux des normes volontaires

Agents virtuels (chatbot), reconnaissance automatique de la parole, analyse d’images et de vidéo, robots, transports autonomes… L’intelligence artificielle connaît un véritable engouement. Pour encadrer ce marché, des travaux de normalisation internationaux voient le jour. Rejoignez le tour de table français !

Ces dernières années, les solutions d’intelligence artificielle connaissent un engouement fulgurant, notamment avec le développement du cloud computing, des données massives (big data) et des algorithmes de plus en plus sophistiqués.

Chatbot, reconnaissance automatique de la parole, génération automatique de texte, aides à la conduite, systèmes autonomes, trading haute fréquence… Les technologies d’intelligence artificielle représentent désormais un potentiel d’applications qui va bien au-delà des assistants intelligents. Ses cas d’usages intéressent d’ailleurs les industriels et, notamment, les secteurs de la défense, de l’énergie, de la santé ou encore des transports.

Avec l’arrivée de technologies avancées, la conception d’un dispositif incorporant une intelligence artificielle devrait prochainement être à la portée de tous. « Pourtant, ce marché est à encadrer, explique Jean-François Legendre, responsable développement chez AFNOR Normalisation. À l’instar de la blockchain, l’intelligence artificielle a besoin d’une définition commune et de règles de l’art harmonisées. C’est là où interviennent les normes volontaires. »

La parole aux acteurs français

Pour bâtir un cadre de référence commun sur l’intelligence artificielle, des travaux de normalisation viennent de voir le jour au niveau international (ISO). Objectifs : répondre aux enjeux de l’intelligence artificielle (robustesse des solutions, régulation, éthique…) et apporter la confiance nécessaire à sécuriser les développements, sans brider l’innovation inhérente aux nouvelles technologies.

Au niveau français, AFNOR lance une commission de normalisation « miroir » pour relayer ces travaux et défendre les positions des acteurs de l’Hexagone dans les projets de textes. « En contribuant à ces travaux, les parties prenantes françaises pourront valoriser l’expertise nationale en matière d’intelligence artificielle tant en Europe qu’à l’international. Aux côtés d’acteurs internationaux, ils contribueront à la mise en place d’un cadre permettant à ce marché de se structurer. », souligne Jean-François Legendre. Cette nouvelle structure pourra développer des normes volontaires nationales, susceptibles d’être portées par la suite au niveau international ou européen.

Fournisseurs de solutions d’intelligence artificielle, intégrateurs, utilisateurs, chercheurs, pouvoirs publics… Vous êtes intéressés par ces nouveaux travaux ? Rejoignez dès à présent la commission de normalisation AFNOR ! L’expertise de tous est essentielle pour élaborer les normes de demain.

> En savoir plus et rejoindre la commission de normalisation AFNOR « Intelligence artificielle »…
> Téléchargez le livre blanc AFNOR « Intelligence artificielle : l’atout contestable des normes volontaires »

© adbestock/monsitj



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !