Votre avis : faut-il faire évoluer l’ISO 9001 ?

Votre avis : faut-il faire évoluer l’ISO 9001 ?

Vous travaillez dans les fonctions qualité ? Vous pouvez apprécier les vertus de l’ISO 9001 au quotidien dans l’entreprise. Mais la dernière version de la norme remonte à cinq ans, et l’hypothèse d’une nouvelle mise à jour émerge. A votre avis, faut-il la réviser ?

Dans ce contexte difficile de crise sanitaire où de nombreuses entreprises jouent leur survie, il est vital de fournir des produits et services de qualité, tout en maîtrisant les coûts. Pour cela, avoir en mains un document de référence qui décrit ce qui se fait de mieux pour piloter une politique qualité est précieux. Ce document, c’est la norme volontaire ISO 9001. Partout dans le monde, des entreprises, grandes et petites, revendiquent l’appliquer à la lettre et se font certifier : en 2019, selon l’ISO Survey, près de 900 000 certificats ISO 9001 étaient actifs sur la planète, couvrant plus de 1,2 million de sites.

ISO 9001 : quatre révisions depuis 1987

Depuis trente-trois ans, les acteurs économiques ont la possibilité (pas l’obligation !) de l’utiliser pour parler le même langage, appliquer les mêmes méthodes, mettre en œuvre les bonnes pratiques. Vous le savez si vous êtes qualiticien ou qualiticienne, ce référentiel international pose le principe de l’amélioration continue. Mais le texte lui-même est en amélioration continue aussi, car il est révisé régulièrement, au fil de l’évolution des marchés et des méthodes de management : 1994, 2000, 2008, dernièrement 2015. A l’occasion de la dernière révision, il y a cinq ans, certaines exigences avaient évolué pour permettre à l’utilisateur de :

  • Mieux prendre en compte les risques et opportunités ;
  • Positionner la démarche qualité au service de la stratégie de l’entreprise ;
  • Mieux maîtriser la conformité des produits ou des services (fournisseurs, sous-traitants…) ;
  • Simplifier les exigences documentaires.

« L’approche risques, pour ne citer que ce point, est une réussite de l’ISO 9001 version 2015. Mais depuis, la transition numérique s’accélère, le changement climatique est à l’œuvre et la pandémie de covid-19 interroge notre système économique mondialisé. Nous voyons apparaître des nouveautés, dans les pratiques de management, dans les approches client, dans les systèmes d’organisation, qui posent la question d’une mise à jour de la norme », souligne Cédric Meunier, General Manager en charge du système qualité du groupe Renault et président de la commission de normalisation en charge de ces sujets chez AFNOR.

ISO 9001 : construire la position française à l’ISO

Alors, en 2020, l’ISO 9001 version 2015 est-elle encore pertinente ? Est-elle « à l’état de l’art », pour reprendre le vocabulaire normatif ? Ou est-ce trop tôt ? Après tout, cela fait seulement deux ans, presque jour pour jour, que les certifications basées sur les versions précédentes se sont éteintes (c’était le 15 septembre 2018). Alors, selon vous qui l’utilisez au quotidien, faut-il initier un nouveau processus de mise à jour ? Si oui, pour lui donner quelle orientation ?

Répondez à l’enquête de l’Organisation internationale de normalisation sur le sujet, jusqu’à la fin de l’année 2020. Vos réponses permettront de nourrir la position à arrêter par AFNOR, au nom de la France, et à verser au débat international qui se tiendra dans l’enceinte du comité technique 176 de l’ISO. Les normes de demain s’écrivent aujourd’hui… et certainement pas sans vous !

© Getty Images



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez le baromètre!