La cabine de tracteur, espace de protection pour l’agriculteur ? Réponse dans la norme volontaire NF EN 15695

Cabine de tracteur : protection pour l'agriculteur ? La norme volontaire NF EN 15695 vous fournit la réponse

La cabine de tracteur, espace de protection pour l’agriculteur ? Réponse dans la norme volontaire NF EN 15695

Au volant de son tracteur, l’agriculteur qui épand des phytosanitaires est-il protégé de tout contact avec ces produits par la cabine qui fait barrière ? Une norme volontaire européenne donne les clés pour connaître les niveaux de protection proposés.

En pleine discussion sur le renouvellement de l’autorisation de mise sur le marché de pesticides plus ou moins dangereux, AFNOR Normalisation a finalisé la rédaction d’une norme volontaire européenne décrivant les niveaux de protection offerts par les cabines de tracteurs ou de pulvérisateurs automoteurs, pour limiter l’exposition du conducteur aux substances dangereuses lors de l’application de produits phytosanitaires et d’engrais liquides. « La problématique est celle de la santé au travail, en l’occurrence celle des agriculteurs dans leurs champs. Les professionnels du machinisme agricole eux-mêmes étaient en demande d’une méthodologie actualisée, pour savoir comment mener les tests, quelles sont les modalités d’utilisation des filtres et les informations à donner dans le manuel destiné à l’opérateur », explique Bernadette Ruetsch, cheffe de projet chez AFNOR Normalisation, qui a animé la commission qui a réuni ces professionnels.

NF EN 15695 : le droit souple au service de la réglementation

Pour se protéger, les agriculteurs sont déjà invités à utiliser des équipements de protection individuels (EPI), plus ou moins sophistiqués en fonction des traitements et des produits manipulés : gants, masques, combinaison intégrale. « Le port de ces équipements est recommandé. Mais si la cabine de tracteur peut, elle aussi, contribuer à faire barrière à ces substances susceptibles de se propager à l’état de brouillard ou d’aérosols à l’épandage, c’est encore mieux. La norme volontaire explique comment est déterminé cet effet barrière, selon la nature du produit », complète Bernadette Ruetsch.

Dans cet esprit, le texte définit quatre classes de cabines en fonction de leurs qualités protectrices contre les vapeurs, aérosols et poussières : de la catégorie 1 (aucune protection) à la catégorie 4 (protection optimale contre ces trois formes de pollution). Ainsi, les cabines relevant de cette dernière catégorie doivent être équipées d’un système de pressurisation à 20 Pa, d’un système de filtration des poussières dans l’air neuf à un débit de 30 m3/h, d’une filtration aux aérosols et d’une filtration des vapeurs « installés dans un logement empêchant le passage d’air non filtré dans la cabine et permettant son remplacement par le conducteur ». Le texte, composé de deux parties actualisant la version précédente de 2010, vient en appui de la réglementation européenne, en l’occurrence la directive sur les machines de 2006. Le fabricant appliquant la norme volontaire bénéficiera donc d’une présomption de conformité à ladite directive.

> Acheter la norme NF EN 15695-1…

> Acheter la norme NF EN 15695-2…

© AdobeStock/Dusan Kostic



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !