Grands groupes, pensez aux normes volontaires pour manager l’innovation

Grands groupes, pensez aux normes volontaires pour manager l’innovation

Management de l'innovation pour les grands comptes

Vous officiez dans une direction de l’innovation au sein d’un groupe ? Savez-vous que les normes volontaires peuvent vous aider à mieux vous organiser ? Savez-vous que ce sont les professionnels qui les font ? Panorama des travaux en cours.

On ne vous apprend rien : facteur de progrès, l’innovation permet aux entreprises de rester compétitives et visibles sur le marché. Mais savez–vous que les normes volontaires peuvent vous faciliter la tâche ? En matière de management de l’innovation, les travaux de normalisation ont débuté il y a une dizaine d’années. Ils se proposent de définir une terminologie, des outils et des méthodes pour manager l’innovation, comme les entreprises managent la qualité, l’environnement, l’énergie ou la santé et la sécurité au travail.

AFNOR a instauré une commission sur le sujet, la CN Innov. Elle est composée d’acteurs du domaine, pour collecter les bonnes pratiques afin d’en faire un document partagé, ainsi que pour définir et défendre les positions françaises à l’échelle internationale dans le cadre des travaux de l’Organisation internationale de normalisation (ISO) ; c’est le cas pour enrichir la future norme ISO 50502, sur les grands principes de l’évaluation du management de l’innovation, en conception à l’ISO. La commission AFNOR est ainsi force de proposition au sein du comité ISO/TC 279.

Institutions publiques ou privées, PME et PMI, grands groupes consultants, universitaires… La commission AFNOR est ouverte à tous les acteurs de l’innovation et de la recherche. Mais, elle peine encore à impliquer les grands groupes, qui disposent pourtant de départements innovation bien structurés, parfois sur plusieurs pays. Pour Francois Hot, qui préside ladite commission parallèlement à ses activités de responsable innovation collaborative chez Total, « certaines entreprises estiment que la notion de norme est incompatible avec la notion d’innovation ». Or, poursuit-il, « les normes volontaires sont au contraire là pour rendre service », en écho à « l’innovation collaborative » : plusieurs acteurs trouvent souvent un intérêt à se coordonner et à partager les risques et succès d’un projet innovant, plutôt que d’agir de manière isolée.

ISO 50503 : un mode d’emploi sur les partenariats d’innovation

« Innovation ouverte », « innovation responsable », « innovation durable »… Francois Hot souligne qu’il existe des nuances dans le vocabulaire de la profession. Quel vocable retenir, et comment être sûr qu’il recoupe la même définition pour tout le monde, par-delà les cultures et les frontières ? La normalisation volontaire est justement là pour ça : au niveau national comme international ou européen, il est utile de savoir à quoi correspondent ces termes et de mettre tout le monde d’accord. Parmi les autres sujets nourrissant des projets de normes, les « partenariats d’innovation », pour lesquels la future norme volontaire ISO 50503, qui sort d’enquête publique en France pour une publication prévue en 2019, propose des outils et méthodes.

Citons aussi le management de l’intelligence stratégique (ISO 50504), ou encore le management de la propriété intellectuelle, en déclinaison de documents déjà existants sur le sujet, souvent des normes européennes expérimentales ayant le régime de spécifications techniques (dont la famille des XP CEN/TS 16555) ou des fascicules de documentation français (FD X50-052 par exemple). Intéressé.e ? N’hésitez pas à frapper à notre porte. Les normes de demain s’élaborent aujourd’hui. Et certainement pas sans vous

> Toutes les normes volontaires en projet ou en vigueur sur le management de l’innovation…
> En savoir plus sur la commission AFNOR sur le management de l’innovation…

© Getty Images/Yoh4n



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !