Produits de construction et air intérieur : haro sur les substances dangereuses

Produits de construction de l'air intérieur

Produits de construction et air intérieur : haro sur les substances dangereuses

Publiée en octobre 2017, la norme volontaire européenne EN 16516 fournit une méthode harmonisée pour mesurer les émissions de substances dangereuses réglementées générées par les produits de construction. Décryptage.

Parquet, fenêtre, peinture, colle, moquette… Que ce soit à domicile ou au travail, les produits de construction font partie de notre environnement quotidien. Or, ces derniers sont susceptibles de libérer des substances dans l’air intérieur qui peuvent s’avérer dangereuses pour la santé : formaldhéhyde, composés organiques volatils, etc. « Souvent oubliée au détriment de l’air extérieur, la qualité de l’air intérieur est elle aussi à surveiller de près », souligne Véronique Eudes, chef du pôle environnement du laboratoire central de la préfecture de police et présidente des commissions de normalisation AFNOR « Air intérieur » et « substances dangereuses réglementaires ».

Mais comment identifier les substances émises par ces types de matériaux? Quel protocole de mesure respecter ? Les réponses sont dans la norme volontaire européenne EN 16516 ! « Dimensions de la chambre d’essai, conditions de test (température, humidité), méthode de prélèvement et d’analyse… Les laboratoires d’essais disposent d’un scénario précis pour réaliser des tests dans des conditions proches d’un environnement intérieur », décrit Véronique Eudes.

Bible à destination des laboratoires d’essais, ce document est la nouvelle méthode de référence européenne.

Air intérieur et produits de construction : une méthode d’analyse unique

Les travaux de révision ont réuni des experts de près d’une vingtaine de pays, dont la France, qui assure  l’animation et le secrétariat du groupe de travail européen. Que propose cette nouvelle norme volontaire ?

« Elle fournit désormais une méthode harmonisée pour mesurer et exprimer les émissions de tout type de produits de construction dans les mêmes conditions de test. Les modalités ont été définies par consensus simulant une utilisation normale de ces matériaux dans une pièce de référence de dimension réaliste représentative d’une pièce de vie usuelle », souligne Véronique Eudes.

Publiée en octobre 2017, la méthode de détermination est validée et reconnue à l’échelle européenne. « Jusqu’à présent, l’EN 16516 avait le statut expérimental de spécification technique européenne. Durant trois ans, les laboratoires européens ont pu la tester et faire part de leurs avis. La méthode, actualisée, en tient compte. Ainsi, de nouvelles données liées à des essais de répétabilité et de reproductibilité ont été ajoutées », explique Véronique Eudes.

Mais quels sont les bénéfices d’une telle norme volontaire ? « En l’utilisant, les laboratoires obtiennent des résultats fiables, valides et comparables à l’échelle européenne pour tout type de matériaux de construction. De quoi favoriser les échanges. Par ailleurs, la norme volontaire EN 16516 vient en appui à la réglementation européenne et française en vigueur (décret n°2011-321 et arrêté du 19 avril 2011 relatif à l’étiquetage des produits de construction ou de revêtement de mur ou de sol et des peintures et vernis sur leurs émissions de polluants volatils.) Pour les industriels, c’est donc un outil indispensable pour fabriquer et distribuer des produits conformes et garantir la sécurité de tous », conclut Véronique Eudes.

> Commander la norme volontaire européen NF EN 16516 « Produits de construction : évaluation de l’émission de substances dangereuses – Détermination des émissions dans l’air intérieur »…

> Découvrez la commission de normalisation AFNOR « Produits de construction – Evaluation de l’émission des substances dangereuses réglementées »…

© Adobestock /nd700



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !