RSE : un référentiel au carré pour les salons de coiffure

RSE : un référentiel au carré pour les salons de coiffure

Un homme se fait couper les cheveux dans un salon de coiffure

À la demande des professionnels de la coiffure et de leur organisme de prévoyance, AFNOR a piloté la rédaction d’un accord, écrit par eux, donnant des lignes directrices pour dérouler une démarche de RSE dans les salons soucieux de développement durable.

Dire qu’on agit en faveur du développement durable, c’est bien ; le faire en se basant sur un référentiel consensuel qui en liste les critères précis, c’est mieux ! C’est ce qui a guidé AG2R La Mondiale-Matmut, l’organisme de prévoyance des institutions de la coiffure, à solliciter AFNOR et son expertise de rédaction de documents de référence à visée consensuelle, par et pour les professionnels. Un label de RSE appliqué au secteur de la coiffure existait certes depuis une dizaine d’années, mais « il y avait lieu de consolider le référentiel support, pour que davantage de professionnels de la coiffure adhèrent à la démarche », comme le résume Stéphanie Prat-Eymeric, secrétaire fédérale de FGTA-FO en charge de la branche coiffure, l’une des parties prenantes. Et de l’axer davantage sur les risques professionnels, au titre du pilier social et bien-être inhérent à toute démarche de RSE. En effet, avec la manipulation répétée du matériel de coupe et de soin et l’emploi de produits chimiques, le métier de coiffeur est très exposé aux troubles musculo-squelettiques (TMS), ainsi qu’aux allergies respiratoires.

Efficacité économique et engagement citoyen

Résultat : publié en avril 2019, l’accord AC X50-891 identifie une liste de bonnes pratiques et de critères de performance de nature à « stimuler l’efficacité économique et l’engagement citoyen des coiffeurs ». Car ceux-ci se disent convaincus ! Interrogés en 2016, neuf établissements sur dix déclaraient que les questions liées à la santé, l’hygiène et la sécurité faisaient partie de leurs préoccupations éminentes[1].« On avait certes un référentiel de développement durable, mais sa pertinence et son efficacité n’étaient plus optimales, note Philippe Thouron, pour le Conseil national des entreprises de la coiffure (CNEC), que préside l’enseigne Franck Provost. Quant à la norme ISO 26000, c’est quasi-mission impossible pour les TPE de notre secteur. Pour éviter de nous apparenter à une secte d’adeptes du bio, nous avons préféré nous doter d’un outil d’aide à la décision pour accompagner un maximum d’entre nous dans une transition réussie, du point de vue sociétal, environnemental et économique ». C’est le projet AFNOR.

Le résultat est en cohérence avec le référentiel générique ISO 26000, lui-même articulé avec les Objectifs de développement durable des Nations-Unies (ODD), mais en plus, il se décline à tout établissement du secteur coiffure, des franchisés de renom aux indépendants en passant par les artisans sans salariés, dont beaucoup exercent à domicile. Il propose ainsi un jeu de fiches pédagogiques organisées en six chapitres : gouvernance, relations et conditions de travail, environnement, loyauté des pratiques, satisfaction client, communauté et développement durable. Un document de référence qui satisfait Fabienne Munoz, partie prenante à sa rédaction au nom de l’Union nationale des entreprises de coiffure (UNEC). Adepte de la coloration végétale, au nom de la santé du coiffeur, cette praticienne pointe une autre difficulté : les substituts aux produits potentiellement dangereux n’existent pas toujours, donnant ce dilemme : « la prévention pour les salariés versus la satisfaction client ». L’accord a le mérite de poser la question. Et d’ouvrir des marges de progression.

> Acheter le document AC X50-891 sur le référentiel de RSE pour les salons de coiffure…

La coiffure, 2ème secteur de l’artisanat

86 000 établissements, dont 39 500 employeurs
190 000 emplois
5,9 milliards d’euros de chiffre d’affaires
Tarif moyen d’un forfait coupe-coiffage (TTC) : 20,90 € pour un homme, 34 € pour une femme
Source : rapport de branche coiffure I+C, données 2016

Tags:
,


Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !