Analyses de cycle de vie : vers des outils et bases de données harmonisés

Les analyses de cycle de vie (ACV) sont basées sur des outils et bases de données propres à chaque produit. Leur hétérogénéité et leur manque de fiabilité conduisent les utilisateurs d’ACV à se réunir, sous l’égide d’AFNOR, pour élaborer une première norme volontaire.

Le principe d’une analyse de cycle de vie (ACV) est de calculer l’impact environnemental d’un produit ou d’un service, sur plusieurs indicateurs (comme les émissions de CO2), tout au long de sa vie, de sa fabrication à son traitement une fois utilisé. Pour identifier ces impacts environnementaux à chaque étape de la vie dudit produit ou service, la connaissance et la collecte des données est cruciale : quantité et nature des matières premières, énergie requise, déchets générés, émissions atmosphériques produites, etc.

LA FIABILITE DES DONNEES EN QUESTION

Des logiciels de modélisation d’impacts environnementaux et des bases de données facilitent cette recherche. Mais encore faut-il opter pour le bon outil parmi ceux existants. « C’est l’effet pervers de la multiplication, pourtant positive, des outils pour maîtriser ses impacts environnementaux, explique Sandrine Delalieux, cheffe de projet AFNOR Normalisation. Ces outils, qu’ils soient français, européens ou internationaux, souffrent d’une disparité et d’une hétérogénéité. Ils ne répondent pas au même format. Se pose donc rapidement, pour les professionnels et utilisateurs, la question de la fiabilité des données obtenues. Or pour eux, il est indispensable d’avoir accès à des outils et base de données fiables et harmonisés pour réaliser leur inventaire. »

UNE INITIATIVE FRANÇAISE

Pour capitaliser sur toutes les bonnes pratiques existantes, et en réponse aux besoins exprimés par des professionnels de l’ACV, AFNOR débute un projet spécifique, ouvert à tous. « Les travaux aboutiront à la première norme volontaire française sur le sujet, poursuit Sandrine Delalieux. « Tous les participants vont ainsi s’accorder sur des critères communs pour les outils et bases données ACV, mais également sur des lignes directrices pour vérifier la qualité et la fiabilité des dispositifs. »

La future norme volontaire française pourrait être portée au niveau international (en l’occurrence, à l’ISO) et répondre ainsi aux problématiques rencontrées par les professionnels des ACV du monde entier.

Vous êtes intéressés par ces travaux normatifs ? Participez dès à présent à l’élaboration de la future norme volontaire et rejoignez la commission AFNOR « Outils d’aide au management environnemental ».

> Rejoignez la commission AFNOR « Outils d’aide au management environnemental » …

 

Image © Civil / Shutterstock



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !