L’indicateur d’efficacité énergétique des datacenters devient une norme internationale

AFNOR vient de publier la norme ISO CEI 30134-2, qui fait du Power Usage Effectiveness (PUE) l’indicateur de référence pour mesurer l’efficacité énergétique des centres de données informatiques dans le monde entier. Un travail auquel ont contribué les professionnels français du secteur réunis par AFNOR.

De par son essor fulgurant, le secteur des nouvelles technologies de l’information et de la communication est de plus en plus consommateur d’énergie, en l’occurrence d’électricité. En particulier avec le développement du cloud computing, qui sollicite de manière accrue les serveurs informatiques distants. Ces serveurs sont abrités dans de grandes infrastructures, appelées datacenters, qu’il faut réfrigérer pour éviter que la chaleur dégagée ne dépasse les seuils thermiques de tolérance des matériaux semi-conducteurs. Une partie de cette chaleur perdue, connue des lycéens sous le nom d’effet Joule, est parfois captée pour satisfaire d’autres besoins énergétiques, par exemple le chauffage de bureaux.

Pour mesurer leurs efforts visant à améliorer l’efficacité énergétique de ces centres de données, les professionnels avaient besoin d’un indicateur fiable et harmonisé. C’est dans cet esprit qu’ils ont adopté le Power Usage Effectiveness (PUE), développé à l’origine par le consortium The Green Grid. Le PUE désigne le ratio entre l’énergie totale consommée par l’ensemble du centre d’exploitation et la partie qui est effectivement consommée par l’activité datacenter (serveurs, stockage, réseau). Plus la valeur est basse, plus c’est signe de bonne efficacité. Aujourd’hui, les centres de données nouvellement mis en service affichent un PUE inférieur à 1,2, contre plus de 2 il y a quelques années.

DES PROFESSIONNELS IMPLIQUES

Cependant, cet indicateur avait besoin d’être formalisé pour éviter toute utilisation biaisée. C’est dans cet esprit qu’il vient de faire l’objet de la publication d’une norme internationale, la norme ISO CEI 30134-2. Cette norme volontaire a été élaborée avec le concours des professionnels français, sous l’égide d’AFNOR, au sein du comité de normalisation CN39 sur les « écoTIC » dont le syndicat Gimelec assure la présidence. « Les travaux ont été menés dans le cadre d’un groupe de travail conjoint des deux organismes de normalisation internationale, IEC et ISO, sous impulsion française », précise Olivier Teitgen, chef de projet chez AFNOR Normalisation.

Dans le cadre de ce comité, la profession a veillé à ce que la norme intègre l’impact éventuel de meilleurs ratios énergétiques sur la disponibilité des applications critiques. L’amélioration de ces ratios peut en effet entraîner des dégradations de la qualité de service.

> Pour acheter la norme ISO CEI 30134-2…

> Découvrir l’offre du groupe AFNOR en matière de performance énergétique…

> En savoir plus sur la commission de normalisation AFNOR/ECOTIC…

> Visiter le site du Gimélec…

> Visiter le site du consortium The Green Grid…

 

Image : ©Timofeev Vladimir  / Shutterstock



Adhérez pour agir !

Élaborez les normes volontaires

norminfo

Découvrez nos engagements !